organisations du monde entier appellent les leaders mondiaux à conclure un accord à l’OMC pour la sauvegarde de l’océan

Mis à jour le 30 septembre 2020

Cette année, les gouvernements du monde entier doivent concrétiser leur engagement à freiner les dépenses publiques qui favorisent la surpêche et dégradent notre océan. Après presque deux décennies de négociations à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), les dirigeants mondiaux doivent désormais agir pour mettre fin aux subventions à la pêche néfastes. organisations du monde entier appellent les leaders mondiaux à conclure en 2020 un accord ambitieux visant à éliminer ces subventions avant qu'il ne soit trop tard.

Bien que plus d’un tiers des stocks de poissons soit exploité à des niveaux non durables1, les gouvernements continuent, chaque année, de débourser un total estimé à 22,2 milliards de dollars en subventions néfastes qui soutiennent le renforcement des capacités de pêche2. Bien que ces subventions visent en théorie à soutenir les communautés côtières, elles peuvent en réalité encourager à pêcher au-delà des niveaux rentables et durables dans les eaux côtières comme en haute mer, et ainsi épuiser les ressources dont ces communautés dépendent, mettant en péril l'avenir même du secteur qu'elles sont censées soutenir.

En 2015, les dirigeants du monde entier ont reconnu les dommages causés à l'environnement marin et aux ressources halieutiques par ces subventions néfastes en adoptant les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies, une marche à suivre pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous. Dans le cadre de la cible 14.6 des ODD, les gouvernements se sont engagés à conclure un accord à l'OMC afin d'éliminer les subventions néfastes d'ici 2020. Cette date butoir a permis de mobiliser la communauté internationale car elle constitue désormais notre dernière et meilleure chance de parvenir à une réforme significative en la matière.

L'accord international final doit entraîner une réduction rapide et significative des sommes allouées par les gouvernements qui subventionnent le plus. De plus, il doit établir un cadre contraignant prévoyant la suppression progressive de toutes les subventions contribuant à la surcapacité et à la surpêche, ainsi que l'élimination des subventions qui bénéficient à la pêche illicite, non déclarée et non réglementée, par tous les gouvernements membres de l'OMC. Quel que soit leur stade de développement, les pays doivent se montrer prêts à améliorer l'état de santé de leurs pêcheries et les moyens de subsistance de leurs pêcheurs en réformant leurs programmes de subventions à la pêche une fois qu'un accord sera conclu. S'ils ne le font pas, ils laisseront passer l'occasion d'une génération, celle de réorienter la trajectoire des flottes de pêche mondiales vers plus de durabilité, d'améliorer la santé des écosystèmes marins et de permettre à l'océan de continuer à nourrir les millions de personnes qui en dépendent, aujourd'hui et demain.

Un accord est possible. Nous appelons les leaders du monde entier à redoubler d'efforts pour trouver les solutions qui leur permettront de remplir le mandat de l'ODD 14.6 d'ici la date butoir de fin 2020. Un accord montrerait non seulement que les membres de l'OMC sont capables de coopérer pour l'avenir de la planète, mais aussi que les objectifs de développement durable ouvrent véritablement la voie à un avenir meilleur.

Le temps est venu d'agir.

PDF »

Firmado